Fermer

RENT 2022 : ces entreprises à suivre

Focus de la semaine 5 min.

Le rideau vient de tomber sur l’édition 2022 du salon RENT. Une édition riche en émotions pour nous ; la présentation officielle du Groupe Aviv* était forcément un grand moment ! Avant de clore définitivement cette saison et de commencer (déjà) à penser à la prochaine, on avait envie de vous faire partager nos petits et GRANDS coups de cœur du salon. Des starts-up en devenir aux petites boîtes qui montent, qui montent, qui montent… voilà celles qui ont retenu notre attention. 

Alentoor, la bonne copine

Alentoor, c’est un peu le Huggy les bons tuyaux 3.0. Vous avez repéré la maison de vos rêves dans le quartier mythique du Panier à Marseille ? Congrats ! Seulement, vous manquez d’infos pratiques sur la vie de votre futur quartier : les écoles, les commerces, les restos, les transports… ou même les hôpitaux ? 

Pas de problème, Alentoor recense pour vous 42 points d’intérêt dans toutes les villes de France. Avec des infos hyper précises. Là par exemple, le collège le plus proche de votre future résidence marseillaise, c’est le collège Jean-Claude-Izzo dans le 2e arrondissement. Avec Alentoor, vous savez en deux clics que l’établissement accueille 536 élèves pour un taux de réussite au brevet de 86%. Vous pouvez même calculer votre temps de trajet en voiture, à pied, en bus… Et si vous avez besoin d’un plombier, il y en a un pas loin, rue Montbrion. Son numéro de téléphone ? Le 04 91 31… La carte est entièrement personnalisable : vous pouvez donc ajouter l’adresse de votre boulot, de la nounou ou de votre bonne copine Cécile. 

Créée il y a un an par Clément Gayet, un ex-Parisien expatrié à Aix-en-Provence, Alentoor est le site internet de proximité par excellence. Le service réunit tout ce qui nous est utile au quotidien : un joli fond de carte, des infos ultra-détaillées et les temps de trajet. Petit bonus : un agenda local bien pratique pour connaître les horaires du marché de producteurs locaux ou savoir que Rohff sera sur la scène du Cepac Silo le 19 novembre. Vous êtes plus Sheila ? Ça tombe bien : elle se produira au même endroit le 25 novembre ! 

Vertuloo, le fidèle conseiller 

Vertuloo (prononcez Vertulou) est une filiale du courtier en assurance Bessé Immobilier et Construction. Une société déjà bien connue puisqu’elle accompagne depuis 25 ans un millier d’administrateurs de biens dans toute la France. Voilà pour les présentations officielles. 

Il y a deux ans, en plein confinement, l’entreprise donne naissance à Vertuloo pour répondre aux sollicitations répétées de ses clients. “Nos administrateurs de biens rencontraient de grandes difficultés dans la sélection de leurs locataires, se souvient Paul Jousse, directeur commercial chez Bessé. Leur première problématique, c’était l’assurance loyers impayés dont les critères étaient jugés trop restrictifs et dont les garanties n’étaient pas suffisantes.”

Déjà adoptée par 80 administrateurs de biens (qui représentent à eux seuls 80 000 gestions locatives), Vertuloo devrait vite devenir votre meilleur ami. Si ce n’est pas déjà le cas. La plateforme fonctionne comme un Columbo virtuel qui contrôle de manière automatisée (et super rapide) les pièces justificatives de vos candidats locataires (avis d’imposition, bulletins de salaire, pièces d’identité). En dix minutes top chrono, le dossier est créé, validé… puis analysé. 

Un service déjà proposé par d’autres ? Certes. Mais là où Vertuloo révolutionne la garantie loyers impayés, c’est que la plateforme française juge aussi la solvabilité de ces fameux candidats en intégrant différentes variables : secteur d’activité, charge de famille, bassin de vie… Toutes ces données compilées donnent un scoring qui permet de déterminer avec précision et objectivité si le locataire sera en capacité d’assumer le loyer du bien qu’il convoite. Et dans le cas contraire ? “L’administrateur de biens peut orienter le locataire vers un autre logement plus adapté. Avec Vertuloo, il n’y a plus de candidats exclus du marché”, se targue Paul Jousse. Cerise sur le gâteau ? La certification de l’assurance qui vous est instantanément envoyée. Vous n’avez plus qu’à signer le bail !

Liberkeys, l’agent immobilier 2.0

Doit-on encore présenter Liberkeys ? Vous savez, cette néo-agence immobilière qui a bâti son modèle économique sur la commission fixe ? Modèle qui, après quatre ans, a évolué début octobre. Désormais, Liberkeys affiche une commission au pourcentage, à 3%. Thomas Venturini, le CEO de la boîte, s’en explique : “On souhaite notamment attirer plus d’agents immobiliers, en les rémunérant jusqu’à 80 % du chiffre d’affaires qu’ils génèrent.”

Pur produit de la Proptech, Liberkeys est née de l’expérience personnelle de son CEO, qui venait de débourser 15 000 euros de frais d’agence pour réaliser un investissement locatif à Marseille. Sans parler des allers-retours depuis Paris pour signer les papiers de la vente. Objectif pour Thomas Venturini et ses deux cofondateurs ? Rendre l’immobilier simple, abordable et pratique. En alliant nouvelles technologies et experts de l’immobilier, Liberkeys veut dépoussiérer le marché de l’immobilier pour offrir la meilleure expérience de vente immobilière possible. Un concept qui fait des émules : la start-up a déjà convaincu 130 professionnels de l’immobilier depuis sa création en 2018. 

Elle a également su séduire le groupe Crédit Mutuel, entré majoritairement au capital en juin dernier. Faisant ainsi de Liberkeys la seule agence immobilière soutenue par une banque. Sacrée performance ! “L’arrivée du Crédit Mutuel est une excellente opportunité. Parce qu’on dispose de fonds plus importants bien sûr, mais aussi parce que c’est une marque rassurante pour les Français. Ce rapprochement va également nous permettre d’établir des synergies intéressantes avec les propriétaires vendeurs. Le Crédit Mutuel Arkéa peut désormais proposer à ses clients, les services de Liberkeys. De notre côté, nous pouvons orienter des acquéreurs en recherche de financement vers le Crédit Mutuel.” 

En croissance constante depuis sa création, Liberkeys a enregistré plus de 15 000 visites pour un millier de transactions en 2021. Et dans cinq ans ? “On pourra compter sur 500 à 1 000 agents immobiliers dans toute la France et on représentera 2% du marché français”, rêve Thomas Venturini.

Hestia, le preux chevalier  

Hestia, c’est notre chouchou. Et pas que le nôtre d’ailleurs. Vainqueur de la battle de start-up dès le premier jour du salon, l’inconnu du marché devrait vite se faire un nom… et une place en proposant au plus grand nombre de devenir propriétaires grâce au leasing immobilier. Vous avez jeté votre dévolu sur un appart’ ou une maison, vous êtes solvable… mais pas finançable ? Vous soumettez votre projet à Hestia qui analyse la situation du bien et votre profil. Si ça matche, l’entreprise achète le bien à votre place, vous le loue pendant trois ans, le temps de mettre vos comptes au propre, d’économiser pour vous constituer un apport suffisant et de racheter votre logement à un prix que vous aurez convenu en amont avec Hestia. Pas de mauvaise surprise donc. 

Et si… Si vous décidez finalement de ne plus acheter ce bien ? Si vous êtes en couple et que vous vous séparez, par exemple ? Ou si vous vous êtes rendu compte en y vivant que ce n’était pas le bien fait pour vous ? Alors le contrat est rompu et l’opération vous aura coûté les loyers versés (comme pour n’importe quelle location) et la souscription initiale, qui équivaut à 2% du montant de l’achat, non remboursable. 

Hestia, c’est l’histoire d’un timing parfait : c’est la crise, l’inflation explose, les taux d’intérêt ont plus que doublé en moins d’un an et les banques ferment le robinet du crédit. Pas joyeux tout ça. Heureusement, il y a Hestia (ça ferait un bon slogan, ça) ! Une toute jeune entreprise lancée l’été dernier par deux (tout aussi jeunes) diplômés de l’ESSEC : Nino Spiegel et Adrien Péligry qui avaient envie “d’avoir un impact positif dans la vie des gens”, explique humblement Adrien. “La manière d’acheter un appartement n’avait pas évolué depuis 40 ans, il était temps que ça change.”

Le pari des deux copains est en passe d’être réussi puisqu’en quelques mois à peine, Hestia a déjà reçu 1 000 dossiers de candidats acquéreurs. Et tout ça, par le simple bouche-à-oreille ! Adrien et Nino ont aussi réussi une levée de fonds d’un million d’euros. Rien que ça ! Une somme qui va leur permettre d’acheter une centaine de biens en 2023. Un départ dans les starting-blocks qu’Adrien juge pourtant assez “frustrant” : “On aimerait pouvoir répondre à toutes les demandes tout de suite mais on ne peut pas acheter 1 000 biens. On espère en revanche que ce trophée décroché pour notre premier RENT va faciliter les échanges et les partenariats avec les acteurs de l’immobilier pour satisfaire plus vite le plus grand nombre.”

Le premier contrat d’Hestia sera concrétisé dans quelques jours, à Bordeaux. Une dizaine d’autres suivront dans plusieurs villes de France. Les profils sélectionnés par les jeunes chefs d’entreprises ? Essentiellement des primo-accédants avec des boulots stables mais pas d’apport et des travailleurs freelance, généralement retoqués par les banques. 

*Acteur majeur de la PropTech en Europe, Aviv est une filiale du groupe allemand Axel Springer SE spécialisée dans les services immobiliers en ligne. Présent en France via ses marques Meilleurs Agents et Groupe SeLoger, AVIV a pour ambition de réinventer l’expérience immobilière de chacun en apportant, à chaque étape du parcours, de la simplicité, de la fluidité ainsi que de l’efficacité dans la mise en relation entre les porteurs de projets et les professionnels de l’immobilier.

 

Karin Scherhag

0 commentaire Masquer les commentaires Voir les commentaires

Vous souhaitez laisser un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *