Fermer

Nouveau coup de froid sur les grandes villes

Marché Immo 3 min.

Véritables locomotives du marché immobilier depuis la pandémie, les communes rurales marquent encore des points ce mois-ci avec des prix en hausse de 0,8% en moyenne. Seule métropole à tirer son épingle du jeu : Marseille, qui séduit aujourd’hui une nouvelle population d’actifs. 

Les communes rurales gardent la faveur des Français

Depuis le début de l’année, les prix des biens situés dans les communes rurales ont augmenté de 7,4% en moyenne partout en France, rattrapant ainsi leur niveau de 2008. C’est près de 2,5 fois plus que dans les principales agglomérations métropolitaines. L’attractivité des zones péri-urbaines se confirme encore ce mois-ci avec une augmentation moyenne des prix de l’ordre de 0,8%. Dans le même temps, les dix plus grandes villes françaises hors Paris ne voient leur prix progresser que de 0,1%. 

Paris et la petite couronne dégringolent 

Les prix de l’immobilier parisien continuent de dégringoler. Le mètre carré se négocie aujourd’hui à 10 377 euros en moyenne, soit une baisse d’1,3% en un an et de 0,4% au cours des 30 derniers jours. Et la pression immobilière se relâche avec un ITI moyen (8% ce mois-ci) et des délais de vente médian qui passent pour la première fois la barre des deux mois (64 jours).

C’est la surprise de ce baromètre : pour la première fois, les communes de la petite couronne reculent, avec des prix en baisse de 0,2% en octobre. En un an, ces mêmes communes avaient enregistré une hausse de prix de 2,5%. Les Français veulent s’éloigner au maximum de la capitale. Les départements d’Île-de-France les plus éloignés de Paris ont donc vu leur prix augmenter de 5,2% sur ces douze derniers mois. Et dans la grande couronne, Meilleurs Agents constate une hausse des tarifs de 0,4% en moyenne ce mois-ci. 

Marseille sourit 

Le soleil brille en revanche sur la cité phocéenne où les prix ont augmenté de 5,4% depuis début janvier et ont encore pris 0,8% par rapport au mois dernier. Marseille séduit aujourd’hui une nouvelle population d’actifs en quête d’un plus grand pouvoir d’achat immobilier. « Depuis les confinements, la cité phocéenne attire de nombreux Parisiens, séduits par les 4ème et 5ème arrondissements, mais aussi les Lyonnais et Bordelais, avec un appétit certain pour les biens disposant d’un accès direct à l’extérieur de type terrasse ou jardin, le balcon ne suffisant plus », analyse Louis Dogliani, responsable de l’agence Stéphane Plaza Immobilier Marseille 9. 

Malgré une augmentation des prix de la pierre conséquente, Marseille reste la deuxième grande ville de France la plus abordable, juste derrière Montpellier. Les appartements s’y négocient à 3 362 €/m². « À Marseille, le marché demeure tel qu’il l’était avant la crise sanitaire : dynamique, mais aussi fractionné. Plus que jamais, ce sont les 6ème, 7ème, 8ème et 9ème arrondissements qui tirent la croissance », souligne encore Louis Dogliani. 

Envie d'en savoir plus ? Téléchargez notre Baromètre

L'équipe scientifique de Meilleurs Agents

0 commentaire Masquer les commentaires Voir les commentaires

Vous souhaitez laisser un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *